Le centre de ressources des « Bonnes pratiques pour l’eau »

Le secteur de l’hydrologie urbaine vit une petite révolution. Si depuis le XIXe siècle, la politique en matière d’eau pluviale visait à évacuer rapidement l’eau

Faire évoluer les comportements des usagers vers plus de sobriété hydrique est un des leviers identifiés par les gestionnaires de la ressource en eau. Cependant la chose n’est pas aisée.

Le Comité scientifique régional de Nouvelle-Aquitaine, AcclimaTerra, s’est penché sur la Gestion quantitative de l’eau et les usages agricoles sous contrainte climatique.

Dans le cadre du plan d’action pour une gestion résiliente et concertée de l’eau (« Plan eau »), l’État s’est donné pour objectif la réduction de 10 % d’eau prélevée d’ici 2030.

Si on peut se réjouir que la tendance à la perte des zones humides ralentisse en France, un grand nombre de ces sites indispensables

PATRINAT, centre d’expertise et de données sur le patrimoine naturel, publie dans le cadre de la version 2 de la Méthode nationale d’évaluation des fonctions des zones humides,

Le prix de l’eau potable et de l’assainissement augmente et devra probablement continuer à augmenter sensiblement afin de garantir l’équilibre des budgets correspondants des collectivités.

Depuis 2016, la méthode nationale d’évaluation des fonctions des zones humides permet l’évaluation rapide des fonctions des zones humides continentales en France métropolitaine.

L’eau de pluie tombe, s’infiltre ou ruisselle et érode les sols, causant parfois des dommages importants.

Les lignes directrices relatives à la politique de gestion quantitative de la ressource en eau et aux situations de sécheresse ont été données par le ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires