Étude et compréhension du rôle des Zones Humides de Têtes de Bassins (ZHTB) dans le soutien d’étiage des cours d’eau.

MULTI-USAGES, ZONES HUMIDES

En quelques mots

L’action vise à étudier le rôle supposé important des zones humides dans la rétention et le stockage d’eau et sa libération différée assurant une fonction de soutien de débit d’étiage des cours d’eau (voire des eaux souterraines).

STRUCTURE PILOTE

ZABR (Zone Atelier Bassin du Rhône)

LIEU

Luitel (Isère)

Frasne (Doubs)

PERSONNE RESSOURCE

Frédéric Paran, Mines Saint-Etienne

CALENDRIER

2016-2021

COÛT

N.A.

FINANCEMENTS

AE RM&C

RATTACHEMENT VARENNE

Restauration des zones humides

REPLICABILITE

Elevée

POUR ALLER PLUS LOIN

Phase 1

Phase 2

Phase 3 : à venir (fin 2022)

Contribution au plan de retour à l’équilibre

La contribution passe par le retour au fonctionnement hydraulique naturel associé à un soutien d’étiage, et un tamponnage des crues.

Action réalisée

  • Le projet est planifié en 3 phases :
    • phase 1 (2016-2017) : État de l’art / Choix des sites, des compétences et de l’instrumentation ;
    • phase 2 (2017-2018) : Mesures et instrumentation sur 2 sites test ;
    • phase 3 (2019-2021) : Analyse et interprétation des données / Test des indicateurs sur de nouveaux sites / Valorisation.

Potentiel

À l’échelle du site, le rôle de soutien d’étiage semble faible, voire très faible, tant du point de vue de l’état de l’art que de la quantification réalisée au Luitel (débit de soutien d’étiage journalier maximal de 0,38 l/s).

Dans une tourbière fonctionnelle (cf. illustration ci-avant) de cuvette, la vidange de la couche superficielle de la nappe (dans la tourbe récente plus perméable) après les pluies est rapide. L’eau emmagasinée dans la couche de tourbe ancienne (peu perméable et à faible conductivité hydraulique) est très peu mobile et ne contribue guère, de son côté, à un soutirage latéral vers le cours d’eau. En revanche, les écoulements plus profonds dans la roche mère dégradée, perméable et ennoyée, peuvent être plus significatifs et contribuer pendant l’étiage au soutien, même modeste, du débit.

« Il semble donc pertinent de s’intéresser à la question, non seulement à l’échelle du site, mais aussi à l’échelle du bassin versant, où l’on peut faire l’hypothèse que le potentiel de soutien d’étiage cumulé des zones humides impliquées sera quantitativement plus important, voire significatif ».

Limites de ce retour d’expérience

La phase 3 n’est pas encore publiée. Ce projet ne démontre pas la réalité ni l’efficacité du soutien d’étiage à l’échelle d’une seule tourbière.

Il subodore cependant une contribution cumulée à l’échelle du bassin versant, permise par la circulation latérale (faible et lente) de l’eau dans la zone ennoyée de la tourbière et dans l’altérite sous-jacente à la tourbière.

Dernière modification le 28/09/2022

Ce document a été réalisé avec l’aide financière de :

Retrouvez d'autres références SaFN dans le dossier