Prospective de la demande
en eau potable
(Smegreg, 2021)

COLLECTIVITÉS, AEP, GESTION DE LA RESSOURCE

2022 | NOTICE, OUVRAGE

Contexte

Ce travail de recherche visait à mieux appréhender la consommation unitaire de l’habitant girondin en vue d’une meilleure prévision de la demande en eau potable en lien avec une gestion équilibrée de la ressource en eau.

  • Le projet s’est articulé autour de quatre axes de travail :
    • une analyse des consommations unitaires selon les différents territoires girondins et leurs caractéristiques ;
    • une analyse de l’impact de données météorologiques et calendaires sur les prélèvements journaliers et une application des scénarios du GIEC ;
    • une enquête quantitative auprès de 1 026 ménages girondins sur leurs usages domestiques de l’eau au quotidien, pendant leurs loisirs ou encore leurs week-ends/vacances ;
    • une enquête sociologique auprès de 25 ménages girondins sur leurs pratiques de consommation et usages domestiques de l’eau, leur perception et leur structuration.

Résumé

Ce rapport repose sur un travail collectif de recherche d’experts sur la consommation d’eau potable en Gironde pour mieux évaluer l’évolution future de la demande dans le
département.

  • Le rapport permet de dresser le constat suivant :
    • La consommation d’un Girondin est très variable selon son territoire de vie : milieu urbain, commune touristique ou rurale. Il est même possible de distinguer 5 types de territoires, selon le poids respectif des consommations des habitants, des services collectifs (établissements de santé, d’enseignement) et des activités économiques, notamment touristiques ou vinicoles.
    • Les volumes journaliers consommés expliqués : température, période de la semaine, de l’année, congés scolaires… influencent significativement la consommation de chaque girondin.
    • L’évolution démographique et surtout le réchauffement climatique auront une incidence forte sur les consommations : entre 1,5 et 2 % par degré supplémentaire supérieur à 20 °.
    • Près de 60% des girondins boivent surtout ou exclusivement l’eau du robinet (contre 12% qui privilégient à 100% l’eau en bouteille).
    • 50 à 80% des girondins limitent leur consommation en veillant à l’usage de l’eau dans leurs usages quotidiens.
    • Avec 50% des volumes, l’hygiène corporelle reste de loin le poste de consommation le plus élevé.
    • Chaque Girondin, véritable technicien tacticien, a ses pratiques de consommation qui connaissent des évolutions dans le temps, parfois en lien avec une prise de conscience de la valeur patrimoniale de l’eau.
    • Les injonctions politiques, techniques ou actions coercitives influencent peu l’évolution des usages.
  1. Caractérisation de la consommation d’eau potable en Gironde : analyse des variables explicatives par territoire
  2. Modélisation de l’impact de facteurs météorologiques et calendaires sur les volumes journaliers application aux scénarios du GIEC
  3. Enquête quantitative sur les usages domestiques de l’eau en Gironde
  4. Exploration des pratiques de consommation et des usages domestiques de l’eau potable et de leur structurationntaires pour atteindre l’équilibre besoin/ressource dans le futur ?

Petit plus

  • Ce travail a donné lieu à l’édition de quatre livrables en plus de la synthèse présentée ici :
    1 : Caractérisation de la consommation d’eau à l’échelle de la Gironde : analyse des variables explicatives actuelles pour mieux envisager l’évolution future de la
    demande (GombertCourvoisier, Forner, Eisenbeis, MekkiouiBardon) ;

    2 : Modélisation de l’impact de facteurs météorologiques et calendaires sur les volumes journaliers et application des scénarios du GIEC (MekkiouiBardon, Le Gat,
    Eisenbeis) ;

    3 : Enquête quantitative sur les usages domestiques de l’eau des Girondins (Rulleau, GombertCourvoisier, Eisenbeis) ;

    4 : Exploration des pratiques de consommation et des usages domestiques de l’eau potable et leur structuration (Caillaud, Gournet, de Grissac, Eisenbeis).


    Tous ces documents sont disponibles sur le site du Smegreg.

Date de parution

Janvier 2022

Auteurs

Kevin Caillaud (INRAE) ;
Alain Dupuy (EA Géoressources et environnement) ;

Patrick Eisenbeis (SMEGREG) ;

Joni Forner (ENSEGIDSMEGREG) ;

Michel Franceschi (EA Géoressources et environnement) ;

Sandrine GombertCourvoisier (UMR Passages) ;

Bruno de Grissac (SMEGREG) ;

Alain Husson (INRAE) ;

Alexis Lafficher (SMEGREG) ;

Yves Le Gat (INRAE) ;

Anaïs MekkiouiBardon (SMEGREG) ;

Marielle Montginoul (INRAE) ;

Eddy Renaud (INRAE) ;

Bénédicte Rulleau (INRAE).

Contacts

SMEGREG : contact@smegreg.org
INRAE :
kevin.caillaud@inrae.fr benedicte.rulleau@inrae.fr yves.legat@inrae.fr
UMR Passages / Bordeaux INP :
sandrine.courvoisier@ensegid.fr

Dernière modification le 08/09/2022

Ce document a été réalisé avec l’aide financière de :

Fiches associées

Les multiples effets du changement climatique sur les ressources en eau sont de plus en plus visibles que ce soit au niveau mondial, national ou local. Ainsi, la sècheresse est de plus en plus fréquente et de nombreux domaines sont impactées par ce manque d’eau :

« Déjà à l’œuvre, le changement climatique affecte la disponibilité des ressources hydriques, en particulier pour les besoins agricoles. Face aux risques de sécheresses estivales plus sévères, des projets de stockage de l’eau hivernale se multiplient pour satisfaire la demande d’irrigation.

L’eau douce, bien que considérée comme une ressource renouvelable, devient de plus en plus rare et menacée. Or elle constitue un élément indispensable à la vie humaine et à l’activité économique. En effet, chaque aliment que nous mangeons, chaque produit que nous utilisons, requièrent une certaine quantité d’eau pour leur production.