Fiches « Bonnes pratiques »

« Se préparer à vivre dans un monde différent », voilà ce à quoi semble nous astreindre le changement climatique

Le modèle agricole dit « conventionnel », qui domine à l’heure actuelle, est de plus en plus confronté à de nouvelles pratiques agricoles jugées plus durables et respectueuses de l’environnement. L’agroécologie qui replace les fonctionnalités offertes par les écosystèmes au cœur de la conception des systèmes de production,

En France, on estime qu’environ 20% de l’eau prélevée ne parvient pas jusqu’au usagers de l’eau potable, soit environ 1 milliard de m3. Cette perte est principale due aux fuites d’eau dans les systèmes de distribution d’eau potable,

Cette publication est protégée par un mot de passe. Pour la voir, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous : Mot de passe :

Le processus de transition agroécologique d’une exploitation agricole se fait en trois phases. Tout d’abord, l’exploitant a besoin d’un temps de maturation afin d’accumuler les connaissances et la confiance nécessaire à la mise en place du projet.

Dans un contexte de Changement Climatique, l’utilisation des eaux usées traitées (Reut) pour l’irrigation des cultures apparaît comme une option alternative pour allier préservation des ressources en eau et pérennisation de l’agriculture. Elle est très pratiquée dans certains pays d’Europe et du monde mais peu en France. Son développement constitue un des objectifs des Assises de l’eau (2018-2019).

Choisir une essence végétale à planter est complexe car la réussite de la plantation va dépendre de multiples facteurs : climat, type de sol, emplacement, prise en compte du changement climatique, … Ainsi, une bonne connaissance du végétal planté afin de s’assurer que celui-ci est bien adapté au lieu de plantation est primordiale.

Les végétaux et en particulier les arbres fournissent de nombreux services écosystémiques dans un environnement urbain contraint, s’ils bénéficient de conditions favorables à leur développement. Afin d’accompagner les collectivités dans le choix des espèces d’arbres

35 actions et pratiques hydro-économes envisagées et/ou mises en place par les entreprises morbihannaises sont valorisées au sein de ce guide de bonnes pratiques.

La restauration des forêts est aujourd’hui promue comme un moyen efficace de stocker le carbone atmosphérique et de ce fait d’atténuer le changement climatique. Cependant, l’expansion à grande échelle de la couverture arborée augmente l’évaporation, réduit la disponibilité de l’eau et  affecte les débits des cours d’eau.