Évaluation des volumes transitant dans les zones humides sur la Haute Vallée de l’Aude (11)

MULTI-USAGES, ZONES HUMIDES

En quelques mots

L’action vise à évaluer :

  1. 1. le stock d’eau présent dans les sols des zones humides.
  2. 2. le volume d’eau annuel correspondant au battement de la nappe de ces zones (=volume transitant dans les zones humides).

STRUCTURE PILOTE

N.A.

LIEU

Haute Vallée de l’Aude

PERSONNE RESSOURCE

Jacques THOMAS
(SCOP SAGNE) pour le SMMAR

CALENDRIER

2009

COÛT

Devis d’instrumentation sur 8 à 10 zones humides : 140 k€ TTC (2009)

FINANCEMENTS

N.A.

RATTACHEMENT VARENNE

Restauration des zones humides

REPLICABILITE

Elevée

POUR ALLER PLUS LOIN

SCOP SAGNE, 2009. Evaluation de la réserve en eau des zones humides sur le périmètre du SAGE Haute Vallée de l’Aude.

Contribution au plan de retour à l’équilibre

La zone de battement de la nappe dans les sols hydromorphes des zones humides stocke temporairement, et plusieurs fois dans l’année des volumes d’eau dont la restitution est différée (une partie au profit de l’étiage).

Action réalisée

L’étude évalue le volume stocké permanent et le volume stocké temporaire selon le type de sol.

Potentiel

Figure 1 (schéma théorique) : Variation cumulée de la hauteur d’eau annuelle transitant dans le sol hydromorphe par recharge + vidange :
Amplitude forte /fréquente : 2 à 3 m /saisonnière : 1 à 1,5 m
Amplitude moyenne /fréquente : 0,5 à 0,75m /saisonnière : 0,25 à 0,35 m
Amplitude faible : 0 à 0,2 m

L’effet de ces zones humides est donc de différer le relargage à hauteur de 1 à 1,5 m3/m2/an en moyenne. À l’échelle du bassin versant (2200 ha de zones humides), cela représente 22 à 33 Mm3 dont l’écoulement est différé de 2 semaines à 3 mois, représentant un débit théorique à l’exutoire de l’ordre de 700 à 1050 l/s. Une partie de ces volumes ont un effet retardateur sur la date des basses eaux.

Le stock d’eau permanent non mobile (correspondant arbitrairement à une profondeur de sol saturé de 1 m) est de 500 à 835 l/m2 selon le type de sol.

Limites de ce retour d’expérience

Choix arbitraire de la hauteur moyenne de sol saturé. ETP non prise en compte. Destination de l’eau vidangée inconnue : rivière, écoulement souterrain latéral ou drainage profond, ETP. Soutien d’étiage réel inconnu.

Ce modèle n’a pas vocation à évaluer la durée du stockage / restitution.

Dernière modification le 28/09/2022

Ce document a été réalisé avec l’aide financière de :

Retrouvez d'autres références SaFN dans le dossier