Roseaux, solutions fondées sur la nature (SFN) (c) bpmm

Projet SOLLAGUA :
Comment réutiliser les eaux usées grâce aux solutions fondées sur la nature ?

SFN, REUT, CHANGEMENT CLIMATIQUE

Contexte

En matière d’eau, la zone sud-ouest de l’Europe fait face à des défis communs, notamment ceux de la raréfaction de la ressource en eau, de l’intensité et de l’allongement des périodes de sécheresse. Si l’Espagne a atteint plus de 10 % de réutilisation de ses eaux usée traitées, il en va différemment pour le Portugal et la France. Cependant, d’une manière commune, cette réutilisation est peu développée dans les zones rurales, souvent moins bien dotées financièrement et dans l’incapacité d’investir dans des infrastructures onéreuses. Pour pallier ce problème, un consortium transnational a vu le jour afin de développer des approches de la REUT basées sur les solutions fondées sur la nature dans ces zones. Il a donné naissance au projet de recherche interrégional SOLLAGUA.

Projet de recherche interreg SUDOE SOLLAGUA, réutilisation des eaux usées traitées par SFN en zone rurale

Résumé

Le projet de recherche SOLLAGUA vise à promouvoir les solutions fondées sur la nature (SFN) pour la réutilisation de l’eau en milieu rural dans l’espace SUDOE (sud-ouest de l’Europe : Portugal, Espagne, Andorre et France) qui fait face à des défis importants liés à la rareté de l’eau en raison d’un environnement semi-aride, du changement climatique et d’une démographie croissante. Le projet cherche à répondre à ces problématiques communes en mettant en œuvre des stratégies de gestion durable et décarbonée de l’eau dans trois collectivités rurales du Portugal, de l’Espagne et de la France.

Dans l’objectif de proposer une alternative aux installations de type « end of pipe » aux zones rurales, le projet a pour ambition de promouvoir les Solutions fondées sur la nature pour le traitement des eaux usées domestiques à travers une nouvelle stratégie de Living Labs orientés sur l’eau.

Un Living Lab est une méthodologie de co-création où citoyens, habitants, usagers privés comme publics sont considérés comme des acteurs clés des processus d’innovation et de recherche.

Pour ce faire, 3 sites démonstrateurs seront développés en fonction des besoins exprimés par les parties prenantes des territoires concernés, à savoir le Couserans (Ariège, France, sous pilote de la Communauté de communes Couserans-Pyrénées), la région de Badajoz (Extremadura, Espagne, sous pilotage de Promedio), et la région centre du Portugal (sous pilotage de AdTA). Leur conception sera dépendante de la demande en eau (qualité/quantité), du contexte (utilisations, emplacements, sensibilité des parties prenantes) et des réglementations de chaque pays.

Un démonstrateur (« digital twin »), l’analyse des coûts/bénéfices des SFN pour la REUT, des plans de réplications et plusieurs autres livrables sont au programme.

Ce consortium regroupant 10 partenaires principaux et 26 partenaires associés (dont la plateforme des Bonnes pratiques pour l’eau du grand Sud-Ouest) est coordonné par l’université Paul Sabatier de Toulouse.

Durée du projet

2024-2027

Financeurs

Le budget de 1 852 416€ est co-financé à hauteur de 75 % par le programme européen Interreg Sudoe.

Contact

Coordination scientifique : Magali Gerino, professeur d’écologie
Université Toulouse III – Paul Sabatier

Dernière modification le 26/02/2024

Ce document a été réalisé avec l’aide financière de :

Fiches associées

Faire évoluer les comportements des usagers vers plus de sobriété hydrique est un des leviers identifiés par les gestionnaires de la ressource en eau. Cependant la chose n’est pas aisée.

Le Comité scientifique régional de Nouvelle-Aquitaine, AcclimaTerra, s’est penché sur la Gestion quantitative de l’eau et les usages agricoles sous contrainte climatique.

Dans le cadre du plan d’action pour une gestion résiliente et concertée de l’eau (« Plan eau »), l’État s’est donné pour objectif la réduction de 10 % d’eau prélevée d’ici 2030.