Qui sont les agriculteurs que le conseil agricole n’arrive pas à atteindre ? Les agriculteurs « difficiles d’accès » (Labarthe et al., 2022)

AGRICULTURE, FORMATION

2022 | NOTICE, ARTICLE

Contexte

Le conseil agricole est un des leviers couramment mobilisé pour diffuser des bonnes pratiques économes en eau auprès des agriculteurs, cependant plusieurs catégories d’agriculteurs « difficiles d’accès » ne bénéficient ni des services de conseil ni politiques associées. Établir un lien avec ces groupes s’avère donc un chantier important.

Résumé

Dans cette publication, les chercheurs ont interrogé plus de 1,000 agriculteurs à travers l’Europe afin de déterminer les caractéristiques des groupes sociaux qui sont souvent ignorés par les services de conseil. Trois grandes catégories d’acteurs ont été identifiées, pour lesquels un accompagnement spécifique est nécessaire : les ouvriers agricoles, les nouveaux entrants en réorientation professionnelles, et les agriculteurs n’adoptant pas les innovations.
Ainsi dans les situations où les conseillers sont disposés à s’engager auprès de ces groupes « difficiles à atteindre », le financement public pourrait être utilisé pour améliorer leurs connaissances et leurs compétences sur les points suivants :

  • Intégrer de la diversité des exploitations agricoles dans l’éducation et la formation des conseillers. En France, c’est déjà ce que font certaines écoles professionnelles agricoles qui utilisent des modules pédagogiques dans lesquels les étudiants (et donc potentiellement les futurs conseillers) doivent s’engager dans des entretiens complets avec des agriculteurs choisis au hasard et décrire leurs systèmes agricoles.
  • Fournir des outils méthodologiques simplifiés issus des sciences sociales (par exemple, le concept microAKIS d’AgriLink) pour comprendre les réseaux personnels des agriculteurs. Différents modèles de conseil, adaptés aux besoins spécifiques, pourraient ensuite être envisagés (par exemple, des programmes de tutorat, y compris des options numériques). Cela pourrait contribuer à renforcer les flux d’informations au-delà des limites des services de conseil locaux.

Il existe d’autres situations où aucun acteur ne souhaite ou ne peut prendre de mesures pour inclure les groupes difficiles à atteindre. Cela peut se produire lorsque les conseils sont principalement fournis par des conseillers « liés », c’est-à-dire des conseillers qui fournissent leurs services de conseil conjointement avec d’autres activités (y compris le commerce d’intrants, d’extrants, de machines, de solutions numériques). C’est le cas dans de nombreuses régions européennes après des décennies de privatisation.

  • Dans de telles situations, les décideurs politiques pourraient envisager d’autres options :
    • Utiliser les interactions obligatoires avec les agriculteurs (comptabilité, subventions de la PAC) pour comprendre les situations et les besoins des agriculteurs et proposer des dispositifs de conseil appropriés.
    • Utiliser les connaissances sur les déclencheurs dans les exploitations pour identifier les occasions où ces catégories d’agriculteurs pourraient être disposées à chercher des conseils, par exemple lors de la succession d’une exploitation.
    • Soutenir les initiatives des syndicats ou des associations visant à améliorer l’offre de formation et de conseil aux travailleurs salariés nationaux et migrants.

In fine, les auteurs appellent à une politique de conseil fondée sur des informations probantes pour concevoir des services spécifiques qui répondent à la diversité des besoins.

      1. Farm advice as a key instrument of more inclusive European agricultural policies?
      2. Who are hard-to-reach social categories for farm advice?
      3. How to engage with hard-to-reach farmers and workers?

Date de parution

Juin 2022

Auteurs

Pierre Labarthe, Lee-Ann Sutherland, Catherine Laurent, Geneviève Nguyen, Talis Tisenkopfs, Pierre Triboulet, Noemie Bechtet, Ellen Bulten, Boelie Elzen, Lívia Madureira, Christina Noble, Jaroslav Prazan, Leanne Townsend, Eleni Zarokosta, Katrin Prager, Mark Redman

Contacts

Pierre Labarthe, Directeur de recherche, INRAE, France.

Email: pierre.labarthe@inrae.fr

Dernière modification le 15/09/2022

Ce document a été réalisé avec l’aide financière de :

Fiches associées

Les multiples effets du changement climatique sur les ressources en eau sont de plus en plus visibles que ce soit au niveau mondial, national ou local. Ainsi, la sècheresse est de plus en plus fréquente et de nombreux domaines sont impactées par ce manque d’eau :

« Déjà à l’œuvre, le changement climatique affecte la disponibilité des ressources hydriques, en particulier pour les besoins agricoles. Face aux risques de sécheresses estivales plus sévères, des projets de stockage de l’eau hivernale se multiplient pour satisfaire la demande d’irrigation.

L’eau douce, bien que considérée comme une ressource renouvelable, devient de plus en plus rare et menacée. Or elle constitue un élément indispensable à la vie humaine et à l’activité économique. En effet, chaque aliment que nous mangeons, chaque produit que nous utilisons, requièrent une certaine quantité d’eau pour leur production.