Plan d’adaptation au changement climatique du bassin Adour-Garonne

MULTI-USAGES, CHANGEMENT CLIMATIQUE

2022 | NOTICE, OUVRAGE

Contexte

Les effets du changement climatique se font déjà ressentir sur le bassin Adour-Garonne et se traduisent par une pression sur les ressources en eau en période d’étiage de plus en plus forte. Si rien n’est fait, le déficit hydrique actuel de l’ordre de 200 à 250 millions de mètre cube actuel pourrait atteindre entre 700 millions et 1,2 milliard de mètre cube en 2050, il est nécessaire de trouver des solutions d’adaptations, d’autant plus dans un contexte d’augmentation croissante de la population.

Résumé

Le plan d’adaptation au changement climatique du bassin Adour-Garonne expose une stratégie et des mesures concrètes d’adaptation pour répondre aux enjeux du bassin Adour-Garonne. Il a été produit par un groupe de travail du comité de bassin avec la participation d’autres partenaires, notamment scientifiques. Il fournit aux acteurs de territoire un panel de mesures dans l’objectif de :

    • vivre avec moins d’eau dans nos rivières et faire face à des sècheresses plus fréquentes
    • réduire les pollutions pour disposer d’une eau de qualité
    • accompagner l’évolution de la biodiversité soumise à un climat plus chaud et plus sec
    • réduire les impacts des évènements extrêmes comme les inondations, la submersion marine ou l’érosion des côtes.
    • Synthèse
    • Introduction : Pourquoi un plan d’adaptation au Changement Climatique sur l’eau et les milieux aquatiques en Adour-Garonne ?
    • Les objectifs du plan d’adaptation : Que faut-il changer ?
    • Quelles mesures ? Comment s’adapter ?
    • Mise en œuvre, coûts, financement et suivi/évaluation
    • Conclusion ; De l’eau pour les territoires du bassin Adour-Garonne

Date de parution

Octobre 2020

Auteur

Comité de bassin Adour-Garonne

Contacts

Françoise GOULARD,
Agence de l’eau Adour-Garonne (Toulouse),
05.61.36.37.38

Dernière modification le 05/10/2022

Ce document a été réalisé avec l’aide financière de :

Fiches associées

« Se préparer à vivre dans un monde différent », voilà ce à quoi semble nous astreindre le changement climatique

En France, on estime qu’environ 20% de l’eau prélevée ne parvient pas jusqu’au usagers de l’eau potable, soit environ 1 milliard de m3. Cette perte est principale due aux fuites d’eau dans les systèmes de distribution d’eau potable,

Le modèle agricole dit « conventionnel », qui domine à l’heure actuelle, est de plus en plus confronté à de nouvelles pratiques agricoles jugées plus durables et respectueuses de l’environnement. L’agroécologie qui replace les fonctionnalités offertes par les écosystèmes au cœur de la conception des systèmes de production,