Pour des projets d'irrigation viables et durables, COSTEA

Pour des projets d’irrigation viables et durables.
L’analyse économique, mode d’emploi

MULTI-USAGES, IRRIGATION

2023| NOTICE, OUVRAGE

Contexte

L’analyse économique est souvent mal, ou peu utilisée, dans le processus d’instruction des projets d’irrigation et de développement agricole en général.  Dans le cas de projets d’irrigation, elle se résume en général à deux indicateurs : la Valeur Actuelle Nette (VAN) et le Taux de Rentabilité Interne (TRI). Pourtant, l’analyse économique ex ante peut non seulement servir d’outil de décision (faire ou ne pas faire le projet) mais aussi, et peut-être surtout, d’outil d’aide à la conception de tels projets.

Résumé

Ce guide a été élaboré à l’initiative du Comité Scientifique et Technique Eau Agricole (COSTEA) à partir du constat de faiblePour des projets d'irrigation viables et durables, COSTEA ou mauvaise utilisation des analyses économiques et de non prise en compte des spécificités des projets d’irrigation dans ces analyses. Il se veut un outil méthodologique à destination des décideurs et des praticiens souhaitant concevoir et réaliser des projets d’irrigation viables et durables.

Il a pour objectif de contribuer à l’amélioration des analyses économiques conduites dans le cadre des projets d’irrigation avec financement public, en phase de faisabilité. Il porte donc exclusivement sur les analyses ex ante et s’attache à identifier les problématiques propres à l’irrigation.

Les démarches et méthodes développées dans ce guide le sont uniquement dans ce cadre, mais elles peuvent être utiles à d’autres étapes de la vie d’un projet, notamment le suivi de sa mise en œuvre et son évaluation ex post.

TABLEAUX
ILLUSTRATIONS
SIGLES ET ABRÉVIATIONS

  1. INTRODUCTION
    1.1 Pourquoi un guide d’analyse économique ex ante des projets d’irrigation ?
    1.2 Présentation du guide
  2. PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L’APPROCHE PROPOSÉE
    2.1 Une approche par questionnements successifs
    2.2 La typologie des projets et des périmètres irrigués
    2.3 Les trois niveaux d’analyse économique
  3. DÉMARCHES D’ANALYSE ÉCONOMIQUE DES PROJETS D’IRRIGATION
    3.1 Pour un projet d’aménagement d’un périmètre irrigué
    3.2 Pour un programme de développement de l’irrigation
    3.3 Pour un projet de grande infrastructure multi-usage
    3.4 Pour un projet de politique publique
  4. MÉTHODES D’ANALYSES ÉCONOMIQUES
    4.1 Niveau agriculteur
    4.2 Niveau gestionnaire ou opérateur
    4.3 Niveau territoire
    4.4 Analyses de sensibilité
  5. LES MOYENS À METTRE EN ŒUVRE
    5.1 Cadre général des estimations proposées
    5.2 Estimation des temps pour les cas proposés

ANNEXES
Annexe 1 : Bibliographie
Annexe 2 : Définitions
Annexe 3 : Principales méthodes d’analyse économique, caractéristiques et objectifs spécifiques
Annexe 4 : Estimation des moyens pour quatre cas type – tableaux détaillés

Le plus

La richesse de ce guide découle du choix de l’analyse économique ex ante. Au-delà des méthodologies d’analyse économiques et financières traditionnelles, celle-ci permet à la fois d’intégrer les différentes dimensions du projet (technique, économiques, financières, sociales et environnementales) apportant ainsi des éléments essentiels pour la conception et le dimensionnement du projet, d’associer les agriculteurs et tous les acteurs de terrain à la démarche de conception et d’analyse du projet, mais aussi de contribuer à la définition des éléments de communication et d’information à toutes les parties prenantes. 

Date de parution

Octobre 2023

Auteurs

Frédéric Bazin et Sylvain Cédat – Iram

Florence Deram Malerbe – Aeda-consult

Dernière modification le 26/12/2023

Ce document a été réalisé avec l’aide financière de :

Fiches associées

Faire évoluer les comportements des usagers vers plus de sobriété hydrique est un des leviers identifiés par les gestionnaires de la ressource en eau. Cependant la chose n’est pas aisée.

Le Comité scientifique régional de Nouvelle-Aquitaine, AcclimaTerra, s’est penché sur la Gestion quantitative de l’eau et les usages agricoles sous contrainte climatique.

Dans le cadre du plan d’action pour une gestion résiliente et concertée de l’eau (« Plan eau »), l’État s’est donné pour objectif la réduction de 10 % d’eau prélevée d’ici 2030.