Étude socio-économique sur l’agriculture irriguée
du bassin Adour-Garonne

AGRICULTURE, IRRIGATION,

2022 | NOTICE, OUVRAGE

Contexte

Dans le bassin Adour-Garonne, 500 000 hectares soit 10% de la surface agricole sont irrigués et une exploitation sur cinq a recours à l’irrigation. Ces prélèvements agricoles représentent environ 800 millions de m3 d’eau par an, prélevés pour la majorité pendant la période d’étiage. Ce modèle agricole est cependant remis en cause par le déficit hydrologique du bassin estimé à environ 1,2 milliard de m3 à l’horizon 2050. Afin de contribuer aux réflexions en cours sur l’adaptation de l’agriculture au changement climatique et éclairer les choix des décideurs publics, le préfet coordonnateur du bassin a souhaité que soit menée une analyse socio-économique de l’agriculture irriguée à l’échelle du bassin Adour-Garonne.

Résumé

Cette étude sur l’économie de l’agriculture irriguée dans le bassin Adour-Garonne a été réalisée en 2020-2021 par les Chambres Régionales d’Agriculture de Nouvelle-Aquitaine et d’Occitanie en partenariat avec la DRAAF Occitanie. Elle se déroule en deux parties.

A l’échelle du bassin Adour-Garonne, une approche analytique basée sur les données de la statistique agricole publique ainsi que les données comptables du réseau Cerfrance a permis de quantifier l’enjeu socio-économique que représente l’irrigation. Les résultats montrent notamment que l’agriculture irriguée est responsable de 18% des volumes et 41% de la valeur de la production végétale (hors vignes).

La deuxième partie de l’étude vise à expliciter la place de l’irrigation au sein des exploitations agricoles et dans la dynamique des territoires au cours du temps. Pour cela, des diagnostics agraires ont été réalisés sur cinq territoires représentatifs de la diversité de l’agriculture irriguée du bassin Adour-Garonne : bassin de la Boutonne amont, bassins de la Douze aval et de la Midouze dans les Landes Gascogne, basin de l’Adour amont, bassin du Girou dans le Lauragais, bassin de la Barguelonne et vallée du Tarn et de la Garonne.

Première partie : approche analytique à l’échelle du bassin Adour-Garonne

1 – Champ de l’étude et éléments de méthode
2 – Résultats de volet macroéconomique : données géographique et économique sur l’agriculture irriguée à l’échelle du bassin Adour-Garonne
3 – Résultats du volet microéconomique : performances économiques des exploitations agricoles du bassin Adour-Garonne selon leur lien à l’irrigation
4 – Résultats du volet filière : analyse du poids socioéconomique de l’agriculture irriguée dans l’aval des filières agricoles du bassin Adour-Garonne

Deuxième partie : approche qualitative à l’échelle des territoires

1 – Éléments de méthode sur l’approche territoriale mise en œuvre
2 – Analyse comparative : l’irrigation s’inscrit dans les dynamiques des territoires
3 – Synthèse de l’analyse par territoires techniques

Petit plus

  • Le rapport propose également des monographies de certaines filières très liées à l’irrigation, comme les fruits à pépins, fruits à noyaux, fruits à coques, semences.

Date de parution

Juin 2022

Auteur

Chambres régionales d’Agriculture
de Nouvelle-Aquitaine et d’Occitanie

Dernière modification le 26/07/2022

Ce document a été réalisé avec l’aide financière de :

Fiches associées

« Se préparer à vivre dans un monde différent », voilà ce à quoi semble nous astreindre le changement climatique

En France, on estime qu’environ 20% de l’eau prélevée ne parvient pas jusqu’au usagers de l’eau potable, soit environ 1 milliard de m3. Cette perte est principale due aux fuites d’eau dans les systèmes de distribution d’eau potable,

Le modèle agricole dit « conventionnel », qui domine à l’heure actuelle, est de plus en plus confronté à de nouvelles pratiques agricoles jugées plus durables et respectueuses de l’environnement. L’agroécologie qui replace les fonctionnalités offertes par les écosystèmes au cœur de la conception des systèmes de production,