L’amplification des aléas climatiques (sècheresse, diminution et variabilité de la disponibilité en eau) auxquels sont confrontés les exploitations agricoles aujourd’hui fragilise leur pérennité. Ainsi, les exploitants agricoles, notamment ceux dont l’exploitation est située sur les zones où le déséquilibre entre usages et ressources devient de plus en plus important, voient leur accès à l’eau d’irrigation contrôlé et limité, leurs besoins évoluer, et doivent faire face aux incertitudes de production et aux risques économiques qui en découlent. Ils n’ont donc pas d’autre choix que de s’adapter afin d’améliorer la résilience de leur système de production.
Plusieurs leviers existent (modification de l’assolement, de l’itinéraire technique) mais pour sécuriser la prise de risque, il est nécessaire de les évaluer.

Résumé

Le projet ClimValley, qui a débuté en 2021 pour 2 ans, vise à apporter des solutions pour l’adaptation des exploitations en Grandes cultures irrigués face au Changement climatique tout en maintenant la rentabilité des assolements dans les sols de vallée d’Occitanie.

Porté par ARVALIS et réalisé en partenariat avec la Chambre régionale d’agriculture Occitanie, les Chambres départementales d’agriculture de l’Ariège, de la Haute-Garonne et du Tarn-et-Garonne, Val de Gascogne, ARTERRIS et le lycée agricole d’Auzeville, ce projet a pour but d’améliorer la résilience de ces systèmes de production par l’adaptation de leur assolement et de leurs itinéraires techniques.

  • Deux types de résultats sont attendus :
    • Des propositions d’assolements décrits avec leur performance multicritère,
    • Des propositions de leviers prioritaires et de combinaisons de leviers pour adapter la conduite du maïs testé et l’évaluer en condition réelle.

Durée du projet

48 mois – 2021 – 2022

Contacts

Sylvie Nicolier
ARVALIS

Dernière modification le 02/04/2024

Ce document a été réalisé avec l’aide financière de :

Fiches associées

Faire évoluer les comportements des usagers vers plus de sobriété hydrique est un des leviers identifiés par les gestionnaires de la ressource en eau. Cependant la chose n’est pas aisée.

Le Comité scientifique régional de Nouvelle-Aquitaine, AcclimaTerra, s’est penché sur la Gestion quantitative de l’eau et les usages agricoles sous contrainte climatique.

Dans le cadre du plan d’action pour une gestion résiliente et concertée de l’eau (« Plan eau »), l’État s’est donné pour objectif la réduction de 10 % d’eau prélevée d’ici 2030.