Paysage rivières et champs

Projet TAI-OC : Penser la transition des systèmes irrigués vers l’agroécologie

IRRIGATION, PRATIQUES CULTURALES

En Occitanie, environ 10% de la surface agricole utile est irriguée (soit 262000 ha). Au total, c’est une exploitation sur quatre en Occitanie qui a recours à l’irrigation (environ 17000 irrigants), essentiellement par aspersion, produisant 1/3 de la valeur totale en production végétale. L’irrigation est souvent perçue comme une façon d’intensifier les systèmes de production agricole, engendrant de nouveaux problèmes environnementaux. Aussi, dans le contexte de changement climatique qui impacte déjà, et continuera d’impacter, les acteurs agricoles de la région, il est urgent de penser une irrigation raisonnée, conjointement avec l’agroécologie. C’est la mission du projet de recherche TAI-OC (pour Transition agroécologique et irrigation en Occitanie).

Résumé

Le projet de recherche interdisciplinaire TAI-OC vise à préciser les caractéristiques et les performances des systèmes agroécologiques irrigués et à comprendre les leviers permettant de rendre possibles les transitions des systèmes irrigués vers l’agroécologie.

TAI-OC est porté par des chercheuses et chercheurs INRAE des unités montpelliéraine, toulousaine et perpignanaise INNOVATION, G-EAU, ABSYS, AGIR et Maraîchage auxquelles viennent s’ajouter des scientifiques du CIRAD, de l’Institut Agro Montpellier et de l’unité LISST de l’INP-Purpan.

Partenaire principal du projet, la CACG (Compagnie d’Aménagement des Coteaux de Gascogne) s’est associée au projet, de même que la chaire partenariale Eau et Adaptation au Changement Climatique, la Chambre Régionale d’Agriculture Occitanie, et l’agence de l’eau Adour-Garonne.

Méthode

Dans une démarche interdisciplinaire, le projet TAI-OC mêle l’agronomie, l’hydraulique, l’économie et les sciences de gestion pour mener des analyses par enquêtes à différentes échelles (exploitation agricole, filières, politiques publiques) et développer des approches participatives et prospectives.

Au programme :

  • Expérimentations au champ,
  • Suivis agronomiques,
  • Enquêtes et entretiens,
  • Méthodes participatives,
  • Modélisation et simulation,

des démarches complémentaires qui permettront de préciser les leviers favorables à une maîtrise de la demande en eau agricole respectueuse des enjeux d’équité à l’échelle des territoires.

Trois grands types de production (grandes cultures, maraîchage et viticulture) feront l’objet de suivis agronomiques sur 5 sites expérimentaux :

  • site expérimental INRAE de Lavalette (Montpellier), site CACG de La Mirandette (Masseube) et site INRAE d’Auzeville pour les grandes cultures (avec des situations pédoclimatiques contrastées).
  • site INRAE de l’UE Maraîchage (Alénya) pour le maraîchage (sous abri non chauffé).
  • parcelles expérimentales du Domaine du Chapitre (Villeneuve-lès-Maguelone) pour la viticulture.
Projet de recherche TAI-OC

Durée du projet

2022-2027

Financeurs

TETRAE,
pour Transition en Territoires de l’Agriculture, l’Alimentation et l’Environnement
(programme de recherche en partenariat financé par l’INRAE et la région)

Contact

Dernière modification le 17/07/2024

Ce document a été réalisé avec l’aide financière de :

Fiches associées

Dans le cadre de l’accélération de la réutilisation des eaux usées traitées prévue par le Plan Eau de mars 2023,

Pour atteindre les objectifs du Plan Eau présenté par le Président de la République en mars 2023 qui prévoit, entre autres, de retraiter et de réutiliser 10 % des eaux usées d’ici 2030,

En région Sud-Provence-Alpes-Côte d’Azur, le bassin hydrographique de la Durance couvre la moitié de la surface de la région : il constitue l’essentiel des ressources en eau de ce territoire. L’eau de la Durance, venue des Alpes, est détournée via des canaux.