Parangonnage sur les techniques et pratiques innovantes
de gestion de l’eau en agriculture

(CGAER, 2022)

AGRICULTURE, GESTION DE LA RESSOURCE, IRRIGATION

2022 | NOTICE, OUVRAGE

L’étude examine également l’opportunité offerte par la présence de plans d’eau sans usage et remplis en période d’étiage.

Les recommandations du rapport :

  1. Veiller à l’appui technico-économique des agriculteurs engagés dans une démarche agroécologique en vue d’économiser l’eau, pendant toute la période de transition.
  2. Favoriser l’accès aux innovations en irrigation (matériels, outils d’aide à la décision) à travers la formation, le conseil et l’aide au financement.
  3. Préciser le concept d’irrigation de résilience, notamment ses bases techniques, agronomiques et économiques, afin d’en permettre l’appropriation par les irrigants.
  4. En complément de l’inventaire des retenues d’eau en France décidé dans les conclusions du Varenne agricole de l’eau et de l’adaptation au changement climatique, établir un état des lieux exhaustif des sites, utilisés ou non, de recharge artificielle de nappes et de REUT.
  5. Analyser les dispositifs réglementaires mis en place par les pays utilisateurs d’eaux non conventionnelles leur permettant de les intégrer à la ressource en irrigation.

Résumé

La mutation de l’agriculture face aux effets du changement climatique ne passe pas par une réponse unique mais par la mobilisation simultanée de plusieurs leviers d’adaptation ou « panier de solutions », dont il convient de rechercher pour chaque territoire la combinaison la mieux adaptée.

Un premier levier fait appel aux pratiques agricoles innovantes visant à préserver, voire à restaurer la qualité des sols (nouveaux itinéraires techniques, approches agroécologiques, agriculture de conservation des sols, agroforesterie, Solutions fondées sur la Nature (SfN). Ces pratiques nécessitent un appui technico économique pendant toute la période de transition.

Un deuxième levier consiste à mobiliser les innovations technologiques (efficience du matériel, outils d’aide à la décision) en s’appuyant sur la formation, le conseil et l’appui aux financements. L’« irrigation de résilience », à consolider, est envisagée comme une alternative plus recevable que « l’irrigation déficitaire » proposée dans des régions plus sèches.

Le renforcement de la ressource en eau passe par un inventaire exhaustif de l’existant et de sa disponibilité (y compris les plans d’eau sans usage et remplis en période d’étiage), avant de songer à augmenter le stockage et à mobiliser des ressources alternatives, telles que la réutilisation des eaux usées traitées (REUT) ou le dessalement de l’eau de mer, souvent plus onéreuses.

  1. Résumé
  2. Contexte et objectifs de la mission
  3. Le changement climatique et son impact sur la ressource en eau et l’agriculture
  4. L’importance u sol et des pratiques agricoles innovantes dans les économies d’eau agricoles
  5. L’impératif d’une gestion plus économe de l’eau d’irrigation
  6. La recherche de ressources optimisées alternatives en eau
  7. Conclusion 

Date de parution

Mars 2022

Auteur

Geneviève JOURDIER, Pierre AUTISSIER (CGAER)

Contacts

Conseil Général de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Espaces Ruraux

251 Rue De Vaugirard – 75015 PARIS

Dernière modification le 22/07/2022

Ce document a été réalisé avec l’aide financière de :

Fiches associées

Cette étude sur l’économie de l’agriculture irriguée dans le bassin Adour-Garonne a été réalisée en 2020-2021 par les Chambres Régionales d’Agriculture de Nouvelle-Aquitaine et d’Occitanie en partenariat avec la DRAAF Occitanie. Elle se déroule

La communauté d’Agglo de la Rochelle a publié un guide sur la gestion intégrée des eaux pluviales afin de garantir la bonne appropriation des objectifs et méthode sur l’ensemble de son territoire par les porteurs de projets. La GIEP repose sur

Le guide méthodologique réalisé par le Cerema offre aux collectivités toutes les connaissances nécessaires à l’élaboration de leur zonage pluvial. Il s’appuie sur les expériences concrètes