ClimAlert, service d’alerte précoce sur les risques climatiques liés à l’eau.

MULTI-USAGES, CHANGEMENT CLIMATIQUE

2022 | NOTICE, OUTIL

Contexte

La zone Sudoe (Portugal, Espagne et une partie de la France) est la zone d’Europe la plus touchée par les phénomènes extrêmes associés au Changement Climatique.
En effet, cette région présente un fort déficit hydrique, accentué sous l’effet du changement climatique, dont les conséquences se traduisent par une importante incertitude quant à la disponibilité future de la ressource en eau et de ce fait une vulnérabilité climatique de plus en plus importante.

Résumé

Dans un objectif de plus grande résilience de la zone Sudoe (Portugal, Espagne et une partie de la France), le projet multi partenarial ClimAlert (2019-2022) vise développer un service transnational d’alerte précoce des risques climatiques en rapport avec l’eau (sècheresse, inondations, incendies, érosion du sol).

Cette plateforme, basée sur l’intégration de nombreuses données (Sentinel, Landsat, données climatiques sur l’eau et le sol, prévisions météorologiques, cartes du sol, hydrographie, altitude) et l’utilisation de modèles prédictifs et d’informations agroclimatiques en temps réel, sera en mesure d’alerter sur les effets extrêmes potentiels du climat afin d’aider à la prise de décision des différents acteurs, publics ou privés, pour mener à bien une gestion efficiente de l’eau, tant au niveau rural qu’urbain.

Cette plateforme sera testée en différents endroits répartis dans tout l’espace de coopération, avec la collaboration, lors des phases de conception et de mise en œuvre, de toutes les parties prenantes :

Protection civile, associations d’agriculteurs, organisations de gestion environnementale, …

  • Plusieurs résultats sont ainsi attendus :
    • Une meilleure prévention des risques naturels et, notamment des pluies intenses et des sècheresses, grâce à l’emploi des services et des outils développés sur la plateforme ClimAlert ;
    • Une mise à disposition d’outils conviviaux pour les acteurs permettant de combiner les données géographiques avec les données climatiques quotidiennement mises à jour, afin de pouvoir calculer les besoins en eau des cultures en continu et ainsi faciliter la prise de décision en matière d’usage de l’eau tant sur le plan environnemental qu’économique ;
    • L’amélioration de la formation des administrateurs publics, des gestionnaires et des utilisateurs de la ressource par l’intermédiaire de formations et d’échanges d’expériences dans toute la zone d’étude. Des répercussions régionales, nationales et internationales sont attendues.

Date

2019-2022

Partenaires

NEIKER
ACMG
CA24
CSIC
IMIDA
Comunidade intermunicipal VISEU DÃO LAFÕES
Emergencias 112 Regíon de Murcia

Contacts

ACMG- Jean-François Berthoumieu
Coordinateur du projet
jfberthoumieu@agralis.fr

Dernière modification le 06/09/2022

Ce document a été réalisé avec l’aide financière de :

Fiches associées

« Se préparer à vivre dans un monde différent », voilà ce à quoi semble nous astreindre le changement climatique

En France, on estime qu’environ 20% de l’eau prélevée ne parvient pas jusqu’au usagers de l’eau potable, soit environ 1 milliard de m3. Cette perte est principale due aux fuites d’eau dans les systèmes de distribution d’eau potable,

Le modèle agricole dit « conventionnel », qui domine à l’heure actuelle, est de plus en plus confronté à de nouvelles pratiques agricoles jugées plus durables et respectueuses de l’environnement. L’agroécologie qui replace les fonctionnalités offertes par les écosystèmes au cœur de la conception des systèmes de production,